Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobénan Kouassi Adjoumani, annonce que les choses ne seront plus comme avant pour les contrevenants en matière de pêche.

C’est ce qui ressort clairement du projet de loi relatif à la pêche et à l’aquaculture qu’il a défendu, hier, devant les députés de la commission des affaires économiques et financières. Lequel projet a été voté à l’unanimité des membres présents. « En son temps, les amendes ne représentaient rien de sorte que les pirates qui viennent pêcher de façon illicite dans nos eaux, le faisaient à cœur joie. Maintenant que les amendes ont été multipliées par 5 voire par 10, je suis convaincu que ceux qui pratiquent la pêche illicite, non réglémentée, non autorisée ne viendront plus dans nos eaux. Surtout que grâce au chef de l’Etat, nous avons 2 patrouilleurs nous permettant d’aller contre ces pirates » s’est-il réjoui. Non sans avoir expliqué aux députés, lors de la session qu’au terme de l’article 101 dudit projet de loi, “est puni d’un emprisonnement d’ un à cinq ans et d’une amende de 200 millions Fcfa à 1 milliard Fcfa ou de l’une de ces deux peines seulement, tout capitaine d’un navire étranger qui pêche sans autorisation dans les eaux sous juridiction ivoirienne“ et qu’en “cas de condamnation, le juge peut ordonner la confiscation des produits de l’infraction, des engins et du navire de pêche“. L’article ajoute qu’“en outre, peut être ordonnée, la vente des produits, des engins et du navire de pêche. Et la tentative des infractions prévues audit article est également punissable“. « Cette loi est pour nous un nouvel instrument de gérance à partir duquel nous allons gérer la pêche. La loi de 1986 comporte des faiblesses et nous sommes venus la corriger. Cela va nous permettre de gérer, de façon durable, les ressources halieutiques de Côte d’Ivoire, conformément aux traités internationaux. L’innovation majeure est l’aquaculture qui n’était prise pas en compte par l’ancienne loi. Or la meilleure façon d’être aujourd’hui autosuffisant en matière de protéine halieutique en Côte d’Ivoire, c’est de se tourner vers l’aquaculture. Qui nous permettra de produire davantage d’alvins, pour empoissonner les eaux, les étangs afin de ne plus faire des importations ».

François Bécanthy

 

Publicité

Sans commentaire

Aucune image

Agenda des affaires

Mai 2017 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 18 1 2 3 4 5 6 7
week 19 8 9 10 11 12 13 14
week 20 15 16 17 18 19 20 21
week 21 22 23 24 25 26 27 28
week 22 29 30 31

SONDAGE

A NE PAS RATER

Filière hévéa: le prix moyen du Kg en hausse de 150 FCFA de janvier à mai 2017 (Président FISH)

APA - Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le prix moyen du kilogramme de l’hévéa en Côte d’Ivoire, estimé à 272,58 FCFA en 2016, s’est établi à un prix moyen de 425,20 FCFA ces cinq premiers mois de l’année 2017, soit une hausse moyenne d’environ 150 FCFA, a indiqué un responsable d’une organisation du secteur.

Lire la suite...

Agriculture: Promouvoir des cultures à forte valeur nutritive pour relever les défis de la sécurité alimentaire en Afrique

Abidjan (AIP) – Les systèmes alimentaires sont essentiels à l’amélioration des régimes, mais ils sont de plus en plus soumis à des pressions en raison de divers facteurs tels que la croissance démographique, l’urbanisation et le changement climatique, relèvent des organismes internationaux.

Lire la suite...

Signature d’un partenariat entre le dépositaire central de la BRVM et son équivalent Marocain

APA - Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le dépositaire central/ Banque de règlement (DC/BR) de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) et son équivalent marocain «Maroclear», ont paraphé mercredi dernier à Casablanca au Maroc, une convention de partenariat.

Lire la suite...

Aiteo consolide son groupe avec la nomination d'un conseiller international, dans le but principal de renforcer les objectifs de croissance et de diversification du groupe au Nigeria et dans toute l'Afrique

M. Knezevic prendra la tête des activités de levée de fonds provenant de marchés de capitaux globaux

Lire la suite...

La bonne gestion des flux financiers dans le secteur minier est un impératif pour un développement durable

 

DAKAR — Les industries extractives constituent une source de revenus essentielle pour un bon nombre de pays, dont une trentaine d’économies africaines. Une bonne gestion des recettes fiscales provenant de ce secteur peut contribuer énormément au développement des pays.

Lire la suite...
Aller au haut