• 1
  • 2
  • 3
Prev Next

Côte d’Ivoire/Mobile Money : 11 milliards FCFA de transactions financières enregistrées par jour (régulateur)

Banques & assurances

Côte d’Ivoire/Mobile Money : 11 milliards FCFA de transactions financières enregistrées par jour (régulateur)

  Abidjan (Côte d’Ivoire) - La Côte d’Ivoire enregistre 11 milliards de Fcfa de transactions financières par jour via le "Mobile Money", selon des données de l’Autorité de régulation des télécommunications...

La Côte d’Ivoire, troisième pays à rejoindre l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA)

Banques & assurances

La Côte d’Ivoire, troisième pays à rejoindre l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA)

  L’adhésion de la Côte d’Ivoire à l’ACA est considérée comme s'inscrivant dans la stratégie du gouvernement qui vise à attirer davantage d’investissements et à diversifier l’économie

Rentrée officielle APBEF-CI 2017 : Booster la bancarisation et le financement des PME/PMI, les priorités du président Guy Koizan

Banques & assurances

Rentrée officielle APBEF-CI 2017 : Booster la bancarisation et le financement des PME/PMI, les priorités du président Guy Koizan

L’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI) a organisé sa rentrée officielle 2017, ce jeudi 20 mars 2017, à son siège sis au Plateau.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

ShareAmerica -  Au Nigeria, un groupe analyse les bases de données et exploite les réseaux sociaux pour donner aux populations des zones rurales le moyen d’éradiquer la corruption et de s’assurer que les promesses faites seront tenues.

Leur démarche s’inscrit dans la campagne Follow the Money pilotée par Connected Development*, une ONG fondée par deux activistes nigérians, Hamzat Lawal et Oludotun Babayemi, qui croient fermement que les citoyens devraient avoir librement accès aux données des gouvernements.

Composée de journalistes, de « chasseurs de données », de juristes et de spécialistes de l’information, Follow the Money fouille dans les informations du gouvernement qui sont accessibles au public pour savoir quels fonds sont censés aller où, et utilise la loi de la liberté d’information du Nigeria pour obtenir les données qui ne sont pas directement accessibles.

Actuellement, le groupe traque ces fonds :

1,5 million de dollars alloués à l’amélioration de centres médicaux dans l’État d’Enugu, dans le sud-est du Nigeria ;

46 740 dollars destinés à la construction d’un centre médical dans la ville de Wase de l’État du Plateau, un État du centre du Nigeria ;

63 000 dollars prévus pour la construction de salles de classe à Tongo dans l’État de Gombe, dans le nord-est du Nigeria. 

Trop souvent, se lamente Lawal, les fonds sont subtilisés ou détournés de leur objectif prévu.

Lawal mentionne un projet municipal pour lequel le gouvernement avait convenu de payer les ouvriers 1 500 nairas chacun (l’équivalent de 5 dollars), mais le fonctionnaire chargé du projet a tenté de les payer 150 nairas, soit 50 cents.

L’un des ouvriers est allé le trouver et lui a dit : « D’après les informations que Follow the Money nous a communiquées, je devrais être payé 1 500 nairas pour mon travail. Merci de me donner cet argent. »

S’il « n’avait pas été en possession de cette information, le fonctionnaire aurait gardé pour lui 1 000 nairas par ouvrier », explique Lawal.

Lawal et Babayemi ont lancé Follow the Money en 2012, quand le village de Bagega n’a pas vu un sou des 4 millions de dollars promis par des organisations internationales et le gouvernement nigérian après la pire épidémie d’intoxication au plomb qu’ait connue l’État de Zamfara, dans le nord du Nigeria.

Avec le hashtag #SaveBagega, Follow the Money a lancé une campagne sur les réseaux sociaux qui a permis d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation de crise du village. Les activistes ont notamment plaidé directement sur la page Facebook du président de l’époque*, Goodluck Jonathan. En l’espace de 48 heures, le gouvernement a décaissé 5,4 millions de dollars à l’intention de Bagega. Follow the Money a traqué les fonds jusqu’en juillet 2013, date à laquelle les travaux de dépollution à Bagega ont été achevés.

De plus en plus souvent, le groupe parvient à tuer la corruption dans l’œuf, se réjouit Lawal. « Nous utilisons beaucoup les réseaux sociaux comme moyen de pression. Nos campagnes s’adressent souvent directement au président. Celui-ci délègue ensuite, souvent au ministre des Finances, la tâche de débourser les fonds en question », explique-t-il.

« Le ministre des Finances peut alors dire aux politiques corrompus “Follow the Money est déjà sur mon dos ; il est hors de question que ces fonds finissent dans la poche de qui que ce soit”. Et c’est comme ça que nous traquons l’argent de la capitale jusqu’à la région qui doit en bénéficier », résume Lawal.

 

Publicité

Sans commentaire

Aucune image

Agenda des affaires

Mai 2017 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 18 1 2 3 4 5 6 7
week 19 8 9 10 11 12 13 14
week 20 15 16 17 18 19 20 21
week 21 22 23 24 25 26 27 28
week 22 29 30 31

SONDAGE

A NE PAS RATER

Filière hévéa: le prix moyen du Kg en hausse de 150 FCFA de janvier à mai 2017 (Président FISH)

APA - Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le prix moyen du kilogramme de l’hévéa en Côte d’Ivoire, estimé à 272,58 FCFA en 2016, s’est établi à un prix moyen de 425,20 FCFA ces cinq premiers mois de l’année 2017, soit une hausse moyenne d’environ 150 FCFA, a indiqué un responsable d’une organisation du secteur.

Lire la suite...

Agriculture: Promouvoir des cultures à forte valeur nutritive pour relever les défis de la sécurité alimentaire en Afrique

Abidjan (AIP) – Les systèmes alimentaires sont essentiels à l’amélioration des régimes, mais ils sont de plus en plus soumis à des pressions en raison de divers facteurs tels que la croissance démographique, l’urbanisation et le changement climatique, relèvent des organismes internationaux.

Lire la suite...

Signature d’un partenariat entre le dépositaire central de la BRVM et son équivalent Marocain

APA - Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le dépositaire central/ Banque de règlement (DC/BR) de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) et son équivalent marocain «Maroclear», ont paraphé mercredi dernier à Casablanca au Maroc, une convention de partenariat.

Lire la suite...

Aiteo consolide son groupe avec la nomination d'un conseiller international, dans le but principal de renforcer les objectifs de croissance et de diversification du groupe au Nigeria et dans toute l'Afrique

M. Knezevic prendra la tête des activités de levée de fonds provenant de marchés de capitaux globaux

Lire la suite...

La bonne gestion des flux financiers dans le secteur minier est un impératif pour un développement durable

 

DAKAR — Les industries extractives constituent une source de revenus essentielle pour un bon nombre de pays, dont une trentaine d’économies africaines. Une bonne gestion des recettes fiscales provenant de ce secteur peut contribuer énormément au développement des pays.

Lire la suite...
Aller au haut